52491800112 - Comment aborder l’énurésie en consultation pédiatrique ou en médecine générale

Date de début : 06/10/2018
Lieu : AVIGNON

Pré-inscription
Organisateur :

 

Expert :

  Dr PHILIPPE Christophe

Financeur :

  Agence Nationale du Développement Professionnel continu  (ANDPC_VFL_MEDECINS)

Pour qui? :

  Médecin Généraliste et Pédiatre

Description

L’énurésie nocturne primaire désigne des mictions involontaires pendant la nuit, à un âge où la propreté est généralement acquise. L’énurésie est dite primaire lorsque l’enfant n’a jamais réussi à contrôler sa vessie, et secondaire lorsque l’incontinence se déclare de nouveau après au moins six mois de continence. On ne devrait pas dire qu’un enfant est énurétique à moins qu’il se mouille régulièrement (plus de deux fois par semaine) après l’âge de cinq ans. L’énurésie nocturne primaire est plus courante chez les garçons. On l’observe chez 10 % à 15 % des enfants de cinq ans et chez 6 % à 8 % de ceux de huit ans, et il chute à 1 % ou 2 % à 15 ans. L’énurésie nocturne primaire devrait être considérée comme une variation du développement normal du contrôle de la vessie. Elle peut s’associer à des structures de sommeil profond. Les troubles affectifs et comportementaux ne sont pas des facteurs causatifs, mais ils peuvent influer sur l’issue des traitements. L’énurésie est un sujet d’inquiétude pour les familles et l’enfant. Ce programme de formation permettra aux médecins spécialisés en pédiatrie et en médecine générale d’améliorer leurs connaissances selon les référentiels de bonne pratique sur la prise en charge du jeune patient énurétique.


52491800068 - Evaluation et prise en charge de la douleur par le médecin spécialisé en médecine generale

Date de début : 29/09/2018
Lieu : AVIGNON

Pré-inscription
Organisateur :

 

Expert :

  Dr ARMAND Serge

Financeur :

  Agence Nationale du Développement Professionnel continu  (ANDPC_VFL_MEDECINS)

Description

La douleur physique et la souffrance morale ressenties à tous les âges de la vie rendent plus vulnérables encore les personnes fragilisées par la maladie. Les douleurs chroniques rebelles sont source d’incapacités, de handicaps et d’altérations majeures de la qualité de vie. La lutte contre la douleur satisfait à une attente légitime de toute personne. L’évolution des mentalités et des professionnels de santé a permis de donner à la douleur sa juste valeur de symptôme « alarme » qu’il faut combattre. La lutte contre la douleur sous toutes ses formes, chronique ou aiguë, répond à une volonté éthique et humaniste. Cet engagement constitue un des critères de qualité et d’évolution de notre système de santé. Il est soutenu par la mobilisation active des acteurs de santé. Bien comprendre pour bien traiter. Mais également bien évaluer pour adapter les modalités thérapeutiques à l’intensité réelle de la douleur ressentie par le patient. Prendre en compte l'aspect subjectif de la douleur et des multiples facteurs (sensoriels, affectifs, émotionnels ou comportementaux) susceptibles d’intervenir dans sa genèse et son expression est du domaine du médecin spécialiste en médecine générale.


1

Calendrier mensuel

Ville

Joomla Search by AceSearch